Top départ pour le tour de l’Atlantique de deux jeunes monitrices des Glénans

À 21 ans, Maud embarque avec son amie Noémie sur un First 30e pour un tour de l’Atlantique. Après 6 mois de travail sur leur voilier, les deux monitrices ont largué les amarres le 18 septembre 2022. 

Maud et Noémie sur Loustic, leur bateau

Partir un an, autour de l’Atlantique sur un bateau de 9,30 mètres, à deux, sans expérience hauturière importante… Sur le papier, c’est des mois de préparation, des listes de choses à faire qui ensevelissent la table à cartes et des formations à n’en plus finir. Mais c’est aussi tout simplement un adieu, un lâcher-prise.

J’ai 21 ans, je suis monitrice aux Glénans depuis mes 18 ans, et ma copine d’enfance, mon prêt bancaire et moi, nous sommes parties le 18 septembre 2022 pour un an sur un First 30e. Le bateau était amarré au ponton lourd depuis deux semaines et l’heure des derniers préparatifs avait sonné. On y pense rarement, à ces derniers jours avant de prendre la mer, à ces derniers moments où les « et si » nous assaillissent. Cela faisait 6 mois que nous préparions notre bateau, des varangues à la VHF en passant par la gazinière, afin de réaliser notre rêve. Un mot d’ordre nous a guidées durant ce chantier : à chaque décision, trouver le compromis parfait entre place à bord, sécurité et capacité du bateau. Mais à quelques jours du départ, une seule envie : dévaliser le ship chandler, acheter tout ce qui s’y trouve pour être sûres « d’avoir tout ». 

Pour réfréner ces peurs de ne pas être parfaitement prêtes, il faut se rappeler ce que disait Moitessier : « Il y a des gens qui passent leur vie à préparer leur bateau pour vivre l’aventure parfaite, et il y a les marins, qui partent quand même parce qu’un bateau ne sera jamais parfait. On ne peut jamais être parfaitement prêt pour la mer sans l’avoir sillonnée ». Le meilleur conseil que l’on nous ait donné pour l’instant : « Fixez-vous une date, et tenez-vous y. Larguez les amarres le jour J, même si c’est pour aller dans le port d’en face, sinon vous serez encore là l’année prochaine ». 

C’est donc ce que nous avons fait : dimanche 18 septembre, nous sommes parties de Concarneau, en direction de l’archipel de Glénan, avant de nous diriger le lendemain vers la Corogne, en Espagne. L’important, c’est tout simplement de larguer les amarres. 

Maud à la barre

Rendez-vous à la prochaine newsletter de l’encadrement bénévole pour discuter mer, voyage à la voile et Glénans !

Maud

2 commentaires sur « Top départ pour le tour de l’Atlantique de deux jeunes monitrices des Glénans »

Laisser un commentaire