Qui contacter sur les questions des violences sexistes et sexuelles ?

Dans cet article, nous allons ensemble passer en revue l’ensemble des contacts qui sont à votre disposition en cas de questions lors d’un de vos encadrements sur des sujets relevant des violences sexistes et sexuelles (VSS).

N’oublie pas d’écouter tes stagiaires, avant de contacter quelqu’un d’autre. Demande notamment à la potentielle victime ce qu’elle pense, dans un endroit à l’écart de l’équipage. L’écoute est toujours la base de la solution !

Tout d’abord, sachez que pour faire un signalement de faits qui ont lieux aux Glénans, il y a une adresse à retenir : stop.violence@glenans.asso.fr. Cette adresse, créée l’année dernière par Les Glénans, permet de centraliser, de répertorier et de traiter via une procédure méthodique tous les cas de violences sexuelles, de harcèlement et autres violences. Ce sont des responsables formés qui gardent l’intimité des faits et des personnes concernées.

Néanmoins, au cours d’un encadrement, de nombreuses situations peuvent justifier des questionnements de la part d’un.e encadrant.e. Il est important de pouvoir poser ses questions, pour pouvoir progresser en tant qu’encadrant.e, se faire aider et mieux gérer les situations de la vie de tous les jours relevant de sexisme par exemple. C’est dans ce contexte que nous avons construit ci-dessous une liste de personnes et d’organismes à contacter pour poser ses questions si vous êtes encadrant.e.

Les contacts sur base

Sur les bases, les chefs de base et RTQ sont la référence pour poser tes questions, et les questions sur le sujet des violences sexistes et sexuelles (VSS) ne font pas exception. Ils ont récemment tous et toutes été formé.e.s aux violences sexistes et sexuelles. L’avantage des RTQ est qu’ils auront un discours adapté à la base, à la pratique nautique et pourront être force de propositions. Que tu sois en embarqué ou sur base, ils et elles peuvent t’aider. N’hésite pas à leur poser tes questions lors d’une discussion sur base, lors du contact sécu embarqué ou par mail, ce que tu préfères. Voici la liste des chefs de base en fonction de ta base d’encadrement :

  • Arz – Camille Imbert de Balorre (c.debalorre@glenans.asso.fr)
  • Concarneau-Archipel – Nicolas Roncière (n.ronciere@glenans.asso.fr) et Baptiste Seux (b.seux@glenans.asso.fr)
  • Corse – Emanuele Fanfano (e.fanfano@glenans.asso.fr)
  • Marseillan – Hervé Colas (h.colas@glenans.asso.fr)
  • Paimpol – Thierry Montangerand (t.montangerand@glenans.asso.fr)
  • Les RTQ (responsables techniques qualifiés) sont présentés en début de semaine

Bien sûr, si tu es plus à l’aise de poser une question à tes pairs, les autres moniteurs et monitrices avec qui tu navigues, n’hésite pas ! Aux Glénans, entraide et transmission sont les maîtres mots.

N’oublie pas : « Quand il y a un doute, il n’y a plus de doute ». Si tu te demandes s’il faut poser la question, c’est qu’il faut la poser !

Les contacts hors base

Les contacts listés ci-dessous peuvent être utilisés par vos soins, ou transmis à vos stagiaires. Ils ont plus une vocation de signalement, et sont moins adaptés pour poser vos questions, bien que de nombreuses ressources sur les différents sites ci-dessous peuvent vous permettre de vous informer et de potentiellement répondre par vous même à vos questions !

Vous êtes victime ou témoins d’un acte de violence dans le cadre de nos activités voile ? 
  • Contactez l’Association des Glénans en écrivant (24h/24, 7j/7) à : stop.violence@glenans.asso.fr (Les signalements ne sont pas consultés la nuit, les jours fériés et week-end.)
  • Transmettez directement votre signalement au Ministère des Sports en écrivant à : signal-Sports@Sports.gouv.fr
  • Contactez le référent de la FFVoile en écrivant à : stopviolence@ffvoile.fr
  • Déposez un signalement sur le site gouvernemental : www.service-public.fr/cmi. (Un portail de signalement gratuit, anonyme et disponible 24h/24 du ministère de l’Intérieur.) 
Vous souhaitez des conseils dans l’accompagnement des victimes ? 

Nous espérons que cet article vous aura donné les clefs pour partir encadrer sereinement cette saison ! Si vous souhaitez enregistrer ou imprimer cette liste de contacts, rendez-vous sur la trousse à outils de la documentation de l’encadrement bénévole où une version PDF vous attend et pleins d’autres documents-outils sur le sujet. N’hésitez pas à l’embarquer lors de vos encadrements !

Des actions concrètes pour barrer la route du sexisme aux Glénans

Dans cet article, nous proposons plusieurs idées concrètes, faciles à mettre en place en tant qu’encadrant.e aux Glénans, de croisière ou de voile légère, pour barrer la route au sexisme et donc plus largement aux violences sexistes et sexuelles (VSS) dans ton stage.

« En tant qu’encadrant.e.s, nous avons un rôle quotidien à jouer dans la lutte contre les violences sexistes et sexuelles ! »

  1. Rendre les WC toujours accessibles

Action : Je m’assure que les WC sont toujours bien accessibles, en mer comme au mouillage.

Méthode : Je passe le message à mes stagiaires que les WC doivent être accessibles. Je décide avec mon équipage en début de stage où doivent être rangés les pare-battages, les brassières, les housses de spi et autres encombrants qui ont une fâcheuse tendance à s’y retrouver.

Raison : L’accès aux WC est une nécessité, notamment pour les femmes qui n’ont pas d’autres alternatives, ou pendant leurs règles. Il en va de la bonne santé de ton équipage. En mer, aller aux toilettes relève souvent d’une mission acrobatique, surtout avec la gîte, alors s’il faut en plus dégager le passage, tes stagiaires risquent de se blesser.

  1. Faire tourner les rôles en nav’

Action : Je m’assure que tou.te.s les équipier.e.s tournent à tous les rôles sur le bateau.

Méthode : Je passe le message à mes stagiaires que les rôles tourneront de manière systématique. Par exemple :

  • Dans le sens horaire pour les rôles dans le cockpit
  • 30 mn par personne à chaque poste
  • 1 jour = 1 préparateur de la nav’

En voile légère, si je remarque qu’une personne n’ose jamais prendre un rôle (la barre, se mettre au trapèze, gérer le spi…), je peux la prendre sur mon bateau lors de la prochaine sortie sur l’eau. Je lui laisse faire ce qu’elle n’ose pas souvent faire pour la mettre en confiance et qu’elle se sente plus à l’aise à le faire lorsqu’elle sera avec d’autres stagiaires.

Raison : Les membres de l’équipage n’ont pas tous la même aisance pour réclamer un poste sur le bateau. Même si tu demandes « Qui veut prendre la barre ? », certains n’oseront pas s’affirmer. Alors systématiser le roulement des postes permet de donner sa chance à tout le monde pour progresser.

  1. Répartir les tâches quotidiennes équitablement

Action : En tant que MDM à terre ou que mono en embarqué, je m’assure que tous les stagiaires prennent part à toutes les tâches quotidiennes : cuisine, nettoyage, rangement, vaisselle…

Méthode : En embarqué, en début de stage, j’organise avec mes stagiaires un tableau, en ligne les tâches et en colonne les prénoms. On répartit les tâches de façon équitable (dans la mesure du possible bien sûr : mal de mer… ).

En tant que MDM, je m’assure que tout le monde participe à chaque étape de la bordée. Je ne congédie personne tant que tout n’est pas fini.

Raison : C’est le rôle de l’encadrant.e de faire respecter la parité dans les tâches quotidiennes  pour que tout le monde ait le temps de naviguer, de profiter de temps libre, ou se reposer !

  1. Veiller aux lieux d’intimité

Action : En embarqué, je veille au fait que chacun ait son intimité.

Méthode : Pour la répartition des cabines, je veille à ce que les personnes qui demandent à être dans des cabines non-mixtes le soient. Il est aussi possible de faire tourner les cabines chaque nuit. Je peux prendre à part les personnes qui n’ont pas trop osé s’exprimer au moment de la répartition avec le groupe pour vérifier que ça leur convient.

Pour les personnes qui dorment dans le carré, les autres cabines peuvent servir de lieu d’intimité pour se changer, pour se reposer etc. C’est important de le préciser au début du stage, pour que chacun.e se sente à l’aise.

Raison : Chacun a besoin d’intimité !

  1. Faire attention aux contacts physiques

Action : Je m’assure que tout le monde est prévenu lors d’éventuels contacts physiques.

Méthode : Il peut arriver de devoir avoir un contact physique pour mener certaines actions lorsqu’on encadre, notamment en voile légère. Si je dois avoir un contact physique, je préviens. Par exemple, « je vais te tenir par ici », « tu peux t’allonger sur moi pour ressaler ». Si c’est dans l’urgence, je peux m’excuser et en parler après. Tu peux aussi transmettre cette bonne pratique au reste de l’équipage.

Raison : tout le monde n’est pas nécessairement à l’aise avec les contacts physiques. Prévenir permet de minimiser la gêne. Par ailleurs, certains contacts physiques se rapprochent dangereusement de l’agression sexuelle. Donc à limiter !

  1. Rappeler les règles du jeu dès le début du stage : nous sommes ici pour vivre ensemble.

En tant qu’encadrant.e, je me dois de mettre en place un climat bienveillant. Je peux mettre en place un contrat de formation avec les stagiaires, durant lequel j’inclus les violences sexistes et sexuelles (VSS). Je rappelle que chacun.e se doit d’être courtois.e et de respecter les autres. Tu peux trouver plus de suggestions concernant le contrat de formation sur ce document. Vous pouvez aussi vous mettre d’accord ensemble sur ce qui est autorisé ou non à bord (pouvoir uriner par-dessus bord ou seulement dans les WC, pouvoir se changer dans le carré ou seulement dans les cabines etc.)

Je peux rappeler quelques règles de base pour le vivre ensemble, les valeurs des Glénans et annoncer à mes stagiaires que je suis une personne ressource à qui on peut se confier. Toute la semaine, je suis vigilent.e à l’ambiance bienveillante et aux signaux qui peuvent annoncer des victimes de violences sexistes et sexuelles (VSS): éloignement du groupe ou d’une personne, changement de comportement (discrétion ou agressivité par exemple).

  1. Savoir réagir si on vient me confier des faits qui relèvent des violences sexuelles (harcèlement sexuel, agression sexuelle, viol)

Je me mets à part du groupe avec la personne qui vient me parler, pour qu’elle se sente à l’aise. Je la rassure sur le fait que son histoire ne sera pas divulguée.

Je pratique l’écoute active en 3 phases : questionnement, reformulation, synthèse. Je commence par questionner pour comprendre ce qui s’est passé : que s’est-il passé ? où ? quand ? Cela permet de comprendre le contexte. J’évite les questions qui commencent par « pourquoi » car elles sont culpabilisantes. Ensuite, je reformule en reprenant ses termes. Cela permet de vérifier que j’ai bien compris ce qu’elle m’a dit. Ensuite, nous faisons une synthèse. Cela permet de faire le point et de voir avec elle ce qu’elle veut faire. Je ne prends pas de décision sur la marche à suivre sans la consulter.

Je suis vigilent.e vis-à-vis de mes réactions : je ne l’interromps pas, je ne mets pas en doute ce que la personne me dit, je ne porte pas de jugement, je suis patient.e.

Ensuite, si elle est d’accord, je peux en parler à mon RTQ pour voir ensemble quelle décision prendre. Si la personne victime est mineure, je suis obligée de signaler le fait.

Pour aller plus loin

D’autres idées, tips et outils sont disponibles sur la trousse à outils pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles (VSS), que tu pourras retrouver sur la documentation de l’encadrement bénévole : www.doc.cebglenans.org. Le lien direct pour ce dossier trousse à outils est le suivant : outilscontrevss.cebglenans.org ! Tu pourras y retrouver un template de tableau de tâches quotidiennes de croisière, une liste des contacts en cas de questions sur le sujet, une fiche d’aide à la gestion des sanitaires et plein d’autres outils pour aider les encadrant.e.s sur le sujet !

Si cet article t’a plu, plusieurs posts sur le sujet seront diffusés sur notre Instagram (@lesglenans_encadrementbenevole) dans le courant des prochaines semaines. N’hésite pas à aller interagir dans leurs commentaires et dans les boîtes à questions de nos stories pour partager tes idées avec la communauté encadrantes ! Toutes les idées pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles aux Glénans en tant qu’encadrant.e et les partages d’expériences sont les bienvenues !

Comment gérer les sanitaires aux Glénans

Aux Glénans, quand on fait un stage à terre ou en embarqué, on vit entre quelques jours et plusieurs semaines sur place ou sur l’eau. Or, l’accès aux WC et la gestion des règles sont plus contraignants aux Glénans que lors de sa vie quotidienne. Ces éléments, ne devraient être un frein à la pratique de la voile, ils font partis des besoins humains les plus basiques.

En tant qu’encadrant.e, la gestion des sanitaires aux Glénans fait partie de ton rôle afin de veiller à ce que ce ne soit un frein pour personne dans la pratique de la voile.

Dans ce contexte, on te propose de faire un rappel sur les bonnes pratiques concernant les sanitaires.

Si tu es mono

Sur base ou en embarqué, tu peux inclure dans ton brief de début de stage une partie sur la gestion des sanitaires. Par exemple, que les stagiaires peuvent venir te voir s’ils ont besoin d’une pause pour aller aux WC ou pour demander à se reposer lors de leurs règles. De plus, depuis peu, des protections périodiques sont disponibles en libre accès sur la base de Concarneau-Archipel et dans leurs bateaux. Alors, même si le RTQ informe les stagiaires sur leur emplacement à l’arrivée, tu peux le redire lors de ton brief de début de stage.

Et, tout au long du stage, tu t’assures que les stagiaires ont accès à un WC et une poubelle toutes les 3 heures.

Pour les sorties longues en 5.7

À Paimpol, les 5.7 réalisent souvent des sorties à la journée. Il est indispensable d’emporter un seau, du papier toilette, du savon, et un sac poubelle et d’installer ce WC a minima à la pause déjeuner. Il est important d’expliquer et de montrer l’exemple sur comment utiliser ce seau pour briser les tabous et que personne ne se retrouve dans l’embarras sans savoir comment s’y prendre. C’est une solution de WC qui est précaire, n’hésitez pas à nous faire des retours si vous avez des idées pour améliorer cette mise en place.

Pour les stages en embarqué

Il faut s’assurer que les WC sont toujours accessibles en mer comme au mouillage. Avec l’équipage, on peut décider où se rangent les brassières, les pare-battages, les housses de spi, pour éviter qu’ils n’encombrent cet espace.
Tous les jours, on installe un nouveau sac poubelle dans les WC pour les protections périodiques et pour éviter les problèmes de bouchage des toilettes avec du papier toilette.
Tu peux également t’assurer que la liste d’avitaillement inclut bien du savon et du gel hydroalcoolique pour les WC et que les protections périodiques sont bien à disposition.

Si tu es MDM

Tu vérifies l’état des stocks de protections périodiques qui sont à disposition.

Tu t’assures que chaque bordée :
– vide les poubelles des WC et remplace au besoin les sacs poubelles
– vérifie qu’il y a suffisamment de papier toilette
– vérifie que du savon est bien à disposition ou que le niveau des bouteilles de gel hydroalcoolique est suffisant

Pour les sorties à la journée, tu fais systématiquement ajouter dans les glacières :
– un rouleau de papier toilette dans un sachet étanche
– une bouteille de gel hydroalcoolique
– un sac poubelle pour les déchets des WC

Pour aller plus loin

D’autres idées, tips et outils sont disponibles sur la trousse à outils pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles (VSS), que tu pourras retrouver sur la documentation de l’encadrement bénévole : www.doc.cebglenans.org. Le lien direct pour ce dossier trousse à outils est le suivant : outilscontrevss.cebglenans.org !

Tu pourras y retrouver un template de tableau de tâches quotidiennes de croisière, une liste des contacts en cas de questions sur le sujet, une fiche d’aide pour inclure les violences sexistes et sexuelles au contrat de formation, et… une fiche sur la gestion des sanitaires, ainsi qu’une sur la gestion des règles aux Glénans !

Si cet article t’a plu, plusieurs posts de « trucs et astuces pour barrer la route du sexisme aux Glénans » seront diffusés sur notre Instagram (@lesglenans_encadrementbenevole) dans le courant des prochaines semaines. N’hésite pas à aller interagir dans les commentaires et dans les boîtes à questions de nos stories pour partager tes idées avec la communauté encadrantes !

Toutes les idées et les partages d’expériences pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles aux Glénans en tant qu’encadrant.e sont les bienvenues !

Quelques années loin du monitorat : Un stage pour revenir

OBJECTIFS :

Permettre à des moniteurs et monitrices n’ayant pas encadré depuis 2 ans ou plus de se refamiliariser avec les méthodes pédagogiques, les pratiques  actuelles des Glénans, et de se remettre en confiance.

ORGANISATION

Le stage aura lieu en embarqué au départ de Vannes sur 3 jours. 

MOYEN MIS EN ŒUVRE

  • Un bateau
  • Un formateur régional
  • Hébergement sur bateau

CONTENU : 

Théorie

  • Organisation d’un stage
  • Partie théorique: le ruban pédagogique, les niveaux, la fiche d’évaluation, les observables
  • Sécurité: au travers du DSI
  • Gestion humaine d’un équipage. Bilan de mi-stage
  • Les Glénans et le cadre Glénans d’aujourd’hui.  

Préparer le départ:

  • Préparer et vérifier le bateau
  • Formalités de début de stage
  • Le topo en 2022

Pratique:

  • Manoeuvres de port. Particularité des bateaux
  • Quelques séances sur l’eau, avec leur préparation
  • Homme à la mer

Fin d’un stage. 

  • Vérification de fin de stage
  • Bilans de fin de stage et bilans individuels

A LA FIN DES TROIS JOURS

Étudier individuellement le prochain stage à encadrer.

DATES :

Du mercredi 1er juin 2022 au vendredi 3 juin (3 jours)

Possibilité d’arriver la veille et de repartir le samedi matin en ayant assisté à l’accueil du stage de la semaine d’après.

INSCRIPTION:

Renseignements sur ceb@glenans.asso.fr
Inscription auprès de Christian: moniteurs@glenans.asso.fr