Les cames en Hobbie Cat 16

Que ceux qui n’ont jamais eu de problèmes avec leurs cames en Hobie Cat 16 passent leur chemin ! 

Ici, nous évoquerons tout ce que vous avez voulu savoir, sans jamais oser le demander sur les cames :

  • Comment fonctionnent-elles ?
  • Comment se règlent-elles ?
  • Peut-on vraiment les faire marcher ?

En décomposant le fonctionnement du mécanisme de verrouillage des safrans de Hobie Cat 16, nous ferons la lumière sur les difficultés récurrentes liées aux cames, puis sur les solutions finalement simples pour les régler définitivement.

Nous proposerons également une chronologie détaillée de l’utilisation des safrans, quelques mises en place pédagogiques autour de ce sujet techno, et enfin une check-list indispensable pour tout encadrant·e qui vient de recevoir sa flotte.

Un article signé Augustin Grimprel à télécharger ici :

Les arrivées de cale à Drenec en Catamaran

Les arrivées de cale sont un exercice difficile, et celles à la cale de Drenec se révèlent souvent délicates pour les stagiaires en catamaran.

Arrivée face au vent, dérive, pertes de repères… nous ferons un tour d’horizon des difficultés rencontrées par les stagiaires, et surtout de l’origine de ces difficultés. Puis, en explorant les différentes configurations de vent possible, nous verrons toutes les options à notre disposition, les dangers, les problèmes récurrents, et enfin les consignes clés à passer pour avoir toute son escadre qui parvient à la cale facilement dès les niveaux 1.

Un article signé Augustin Grimprel à télécharger ici :

Le dériveur au planing, de l’approche théorique à l’approche sensorielle

Photographie lors d’un stage dans l’Archipel en 2014, photo de Nicolas FULLI-LEMAIRE.

Le vent se lève doucement et dessine de plus en plus de rides sur la mer qui se blanchit. Les drapeaux et les voiles claquent. Un mélange de tension et d’excitation commence à animer le terre-plein où les voiles se hissent. Les esprits sont déjà sur l’eau à imaginer ces bords de largue au planing et les corps à revivre ces sensations d’accélération et de glisse légère et aérienne…

Mais comment atteindre de nouveau ce « graal » de tout dériveuriste qui prend la mer lorsque les conditions se montrent sous leurs  meilleurs auspices ?

C’est à une véritable plongée dans les arcanes du planing en dériveur que cet article souhaite entraîner le lecteur. Il s’agira ici d’explorer en premier lieu les mystères physiques du planing puis d’en décortiquer les ressorts techniques avant de se pencher sur les sensations qu’il nous fait éprouver et l’osmose avec les éléments qu’il nous fait partager.

L’article « Le dériveur au planing, de l’approche théorique à l’approche sensorielle, les exemples du Laser et 29er » signé Sébastien Coupez à télécharger ici :